Le Projet

Le nombre de citadins dans le monde va continuer de croître, essentiellement dans les pays en développement. On estime que la population urbaine de l’Asie va doubler entre 2000 et 2030. La recherche urbaine a mis l’accent sur les mégapoles, lieux privilégiés de production et de concentration de la richesse nationale, de l’innovation et des talents mais où se concentrent aussi problèmes sociétaux et environnementaux critiques. Prenant acte de ces travaux, la Banque Mondiale (2009) dans son rapport “Repenser la géographie économique” affirme la nécessité de favoriser les économies d’agglomération. Le projet SUBURBIN (Subalterne Urbanisation en Inde) se positionne a contrario d’une vision de l’urbanisation, réduite à la métropolisation et à la compétition entre villes globales et qui tend à ne considérer le monde urbanisé que sous le prisme unique des très grandes villes alors que la moitié des citadins n’y résident pas. Il prend acte du processus en cours de transition urbaine mais s’interroge sur les représentations et les mesures qui en sont faites. Avec la transformation rapide des économies, des lacunes analytiques persistent et appellent à un approfondissement ou un renouvellement de certaines grandes questions : où se situe le curseur entre le rural et l’urbain entre statut administratif et réalité fonctionnelle? Comment et pour quels intérêts passe-t-on d’une collectivité rurale à une collectivité urbaine ? Quelle est la relation entre la prolifération des petites villes et les processus économiques : ces villes sont-elles dépendantes du processus de métropolisation ? Sont-elles des lieux d’où peuvent émerger une croissance endogène et des formes d’innovation spécifique ? SUBURBIN fait l’hypothèse qu’il existe une diversité des trajectoires d’urbanisation, qu’il se propose de comprendre et de qualifier, dans le cas de l’Inde, en s’intéressant aux petites agglomérations, une strate négligée du système de villes. Pour valider ou non cette hypothèse, SUBURBIN prend trois orientations. Premièrement, la recherche s’intéresse au cas de l’Inde où réside déjà un urbain sur dix dans le monde. L’Inde est un terrain idéal pour faire la lumière sur cette question car la dynamique d’urbanisation semble diverger du modèle séminal centre/périphérie, le nombre de petites villes se multiplient alors que les migrations vers les grandes villes stagnent à un niveau modéré et la définition de l’urbanisation y est restrictive. Deuxièmement, le projet discutera la pertinence des définitions relatives à la distinction entre rural et urbain en exploitant les bases de données géolocalisées développées dans le programme ANR Corpus et Méthodes : e-Geopolis. Troisièmement, la recherche s’appuiera sur une double approche : d’une part, des indicateurs économiques et sociaux, provenant des larges bases statistiques existantes, nourriront Indiapolis pour développer une analyse précise et comparée d’agglomérations de moins de 50 000 habitants ; d’autre part, des monographies de terrain permettront une analyse qualitative des dynamiques observées. Enfin, le projet SUBURBIN a pour ambition de proposer des regards croisés sur la « transition urbaine » à partir de disciplines différentes, en articulant les échelles d’analyse macro et micro. Au-delà de l’ambition scientifique, il s’agit de contribuer activement aux débats sur la pluralité des modèles de développement.

SUBURBIN est un projet conjoint de l’IFP et du CSH, sous la responsabilité d’Eric Denis et Marie-Hélène Zérah. Il réunit une équipe de chercheurs de divers horizons disciplinaires (économie, géographie, études urbaines et anthropologie). Il est basé sur une collaboration avec plusieurs institutions indiennes:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Subaltern Urbanisation in India